Valérie Rousseau
Thérapeute psychocorporel en Gironde

Vaincre par la sophrologie (extrait)

Sophrologie

Dans son livre "Vaincre par la sophrologie", tome 1, Editions Lanore, Le Dr Abrezol, médecin alternatif suisse formé à la psychothérapie et à la médecine chinoise, esprit libre et innovant nous rappelle que la médecine allopathique considère l'individu comme une machine dont il faudrait changer une pièce pour que pareil à une voiture , le corps reparte en pleine forme. Depuis Descartes, malheureusement la médecine a coupé la tête du corps en oubliant que les 2 fonctionnent ensemble. Voici deux études de cas extraites de son livre qui nous montre l'importance de tenir compte du paramètre psychologique d'une personne pour la guérir de ses douleurs physiques.

 

P 267: "Un médecin moderne voit un symptôme comme une petite rivière qui coule; pour l'arrêter, il prescrit des médicaments, en d'autres termes,  il construit un barrage pour stopper le ruisseau. Le symptôme disparaît, mais la cause qui se trouve derrière le barrage reste exactement la même. Après un certain temps, le barrage sera plein et l'eau va de nouveau s'écouler: un autre symptôme apparaît. Vous consultez un autre spécialiste qui applique la même thérapie, il arrête le symptôme et construit un barrage plus haut. Et ainsi de suite, pendant des années, vous allez d'un spécialiste à l'autre. Lorsque le barrage devient trop haut, la pression de l'eau derrière la paroi de béton devient si forte que, finalement, le barrage s'écroule: vous mourrez d'une attaque cérébrale, d'une apoplexie ou d'un infarctus du myocarde. En d'autres termes nous disons que vous êtes mort d'une maladie iotrogène, ce qui signifie que la mort survient parce que les soins que vous avaient reçus étaient uniquement symptomatiques et ne s'occupaient pas du tout de la causalité. Il est nécessaire de supprimer le symptôme d'une maladie mais, en même temps, il est indispensable de trouver la cause, de stopper la source à son début.

C'est ce que nous faisons avec la Sophrothérapie. La grande majorité des maladies foctionnelles (de notre civilisatiion) sont liées soit à des problèmes psychologiques, soit à des problèmes spirituels (perturbations au niveau de la pensée).

Voici un exemple pratique:

Monsieur Jacques H. a un ulcère a l'estomac. Sa vie est  très agitée, il subit sans arrêt une multitude d'agents stressants, il doit résoudre des problèmes professionnels et familiaux. A la suite de chaque repas, il a des douleurs abdominales qui deviennent insoutenables et il décide de consulter un spécialiste concernant ses troubles digestifs. On fait des radiographies, le mal est diagnostiqué et le médecin commence une thérapie avec un médicament antiulcère de l'estomac. Après cette thérapie, les contrôles montrent que l'ulcère a complètement disparu. Monsieur J.H. n'a plus de douleurs. Cependant, il ne change en rien sa façon de vivre et continue ses activités dans un stress constant. Trois mois plus tard, il présente un eczéma autour de l'anus et sur les mains. Le dermatologue consulté prescrit un médicament à base de cortisone. L'eczéma disparaît après quelques semaines. Six mois plus tard, le même patient présente de l'asthme, il a régulièrement des crises pendant la nuit. le spécialiste des maladies pulmonaires lui fait des injections de cortisone ainsi que des tests pour déceler à quoi il est allergique ou, si vous préférez, l'agent qui a déclenché un asthme chez lui. Après plusieurs mois de cette thérapie, l'asthme a disparu, ce patient n'a plus de crises, il ne souffre plus et il travaille de nouveau comme avant.

Deux mois plus tard, Monsieur J.H. est trouvé mort dans son lit, il a eu une attaque pendant la nuit.

Si au début de sa maladie, le médecin avait essayé de rechercher la cause de l'ulcère à l'estomac de son patient, s'il l'avait conseillé et aidé à réorganiser sa vie et son travail, Monsieur J.H. serait certainement encore en vie. Il avait 42 ans et deux enfants! "

A travers ces 2 exemples nous comprenons que le Dr Abrezol défend une médecine globale et humaniste qui permet d'associer l'approche allopathique pour enrayer des symptômes invalidants et douloureux et l'approche holistique qui recherche la cause de la maladie.

A quand une approche globale obligatoire dans les cours de médecine !


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Institut Cassiopée

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.